Sourire, Bonjour, au-revoir, Merci !

29 septembre 2012
By

Que Gérard Mulliez et ses équipes (Auchan) aient du inventer le SBAM (Sourire, Bonjour, Au-revoir, Merci) il y a quelques années était déjà un premier signe inquiétant qui prouvait que le sourire n’était plus naturel à l’être humain français : Il était devenu nécessaire de mettre en place des formations pour apprendre aux caissières nouvellement embauchées à sourire aux clients.

C’est la réflexion que je me faisais l’autre jour en attendant que traverse devant ma voiture un gamin qui, loin de me sourire pour me remercier de l’avoir laissé passer, me dévisageait d’un regard provocateur et dominateur, d’un regard de « Moi, Je ! »…

Bon, me disais-je, c’est un gamin et cela doit faire partie de l’affirmation de soi que nous avons tous plus ou moins exercé, adolescents !

Mais un peu plus loin, je dois de nouveau m’arrêter pour permettre à une dame en double-file, beaucoup plus âgée celle-là, de vider le coffre de sa voiture. A chaque aller-retour, elle me lance un regard furieux qui doit signifier qu’elle m’en veut d’être là et, peut-être, de l’obliger à se presser (Alors que je n’ai montré aucun signe d’impatience !). J’ai trouvé cela très agaçant, alors que si elle m’avait souri, j’aurais sûrement ressenti une certaine satisfaction à patienter pour lui permettre d’accomplir sa tâche.

A une autre époque, je serais même peut-être descendu de voiture pour l’aider ! Mais ça, aujourd’hui, je ne le fais plus !

Comment donc en est-on arrivé à « se faire la gueule » à ce point ?

La vie est pourtant moins dure qu’autrefois ! Mais peut-être est-ce là l’explication, d’ailleurs : On sourit plus facilement aux autres quand on a vécu soi-même des épreuves et des souffrances !

Imaginez ce que serait la ville si tous les gens qui se croisent se souriaient, voire se saluaient au lieu de s’ignorer, voire de s’eng… !

En toute période de crise, il est nécessaire de revenir aux fondamentaux, en l’occurrence le merveilleux poème de Raoul Follereau : « Un sourire »

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup,
Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne,
Il ne dure qu’un instant, mais son souvenir est parfois éternel,
Personne n’est assez riche pour s’en passer,
Personne n’est assez pauvre pour ne pas le mériter,
Il crée le bonheur au foyer, soutient les affaires,
Il est le signe sensible de l’amitié,
Un sourire donne du repos à l’être fatigué,
Donne du courage au plus découragé
Il ne peut ni s’acheter, ni se prêter, ni se voler,
Car c’est une chose qui n’a de valeur qu’à partir du moment où il se donne.
Et si toutefois, vous rencontrez quelqu’un qui ne sait plus sourire,
Soyez généreux donnez-lui le vôtre,
Car nul n’a autant besoin d’un sourire que celui qui ne peut en donner aux autres

…Et de ne jamais oublier que si le sourire fait du bien aux autres (ce qui est déjà inestimable !), il fait surtout du bien à celui qui le produit : La thérapie du sourire est un excellent remède contre tous les maux du quotidien.

« Souriez à la vie et elle vous sourira. Si vous vous plaignez de tout, elle ne vous donnera plus rien  »  disait Julien Green.

Le sourire est un signe évident de bien-être et peut-être le meilleur des médicaments : « Sourire trois fois tous les jours rend inutile tout médicament » dit un proverbe chinois.

 

Tags: , , ,

One Response to Sourire, Bonjour, au-revoir, Merci !

  1. David on 22 novembre 2012 at 23 h 18 min

    Bonjour,
    Quelle est cette belle créature, à qui appartient ce beau visage de femme là-haut?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maigrir, perdre du poids, rajeunir

On cherche souvent très loin dans moult méthode-miracle ce qui se trouve à l'intérieur de soi !

Téléchargez gratuitement le e-book "Comment j'ai perdu 10 kg, sans effort et sans frustration"

Produits naturels :

Restez svelte 160px

Citations :

"La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi."

Albert Einstein

"C'est notre inquiétude, c'est notre impatience qui gâtent tout ; et presque tous les hommes meurent de leurs remèdes et non pas de leurs maladies"

Molière

"L'homme ne meurt pas...
Il se tue !"

Lavoisier

Le saviez-vous ?

Des Cours de Bonheur sont dispensés à Harvard

La maladie… Une fatalité ?

Quand on écoute les grands médias français, on a l’impression que la maladie est une fatalité ; quelque chose comme le ciel qui nous tombe sur la tête comme aurait pu dire Obélix.

Il y a pourtant longtemps que l’on sait l’influence de l’esprit sur le corps et la maladie…Lire la suite

Eliminez, éliminez…

Connaissez-vous la méthode de Louis Kuhne pour ne pas tomber malade ?
Ca, c’est mon interprétation… parce que, à l’origine, le livre de M. Kuhne présente une méthode de guérison.
Méthode de guérison révolutionnaire et toujours d’actualité, même si elle date de la fin du XIXème siècle !
C’est mon interprétation, parce que la méthode de M. Kuhne repose sur une analyse fine de la façon dont le corps tombe malade ; et quand on a compris le mécanisme de la maladie, il est plus facile d’éviter celle-ci... Lire la suite

Articles les plus consultés

  • No results available

Recommandations :

Facebook