L’IMC (Indice de Masse Corporelle) : Pourquoi faire ?

8 février 2014
By

L’origine

L’IMC trouve son origine dans les travaux du mathématicien Adolphe Quételet, qui a démontré en 1835 que le poids des adultes augmentait de manière proportionnelle au carré de leur taille. Une mesure qui permet donc d’obtenir un résultat indépendant de la morphologie de l’individu, s’appliquant aussi bien aux personnes de petite taille qu’aux personnes de grande taille.

1972 : le « vrai » IMC

Mais, en réalité, l’IMC à proprement parler est bien plus récent. En effet, ce n’est qu’en 1972 qu’un scientifique américain (Ancel Keys) décide de renommer l’indice de Quételet en « Indice de Masse Corporelle (IMC) ». Suite à différentes recherches, Ancel Keys avait en effet déterminé que cet indicateur était alors l’un des meilleurs moyens d’évaluer objectivement la corpulence d’un individu. Et c’est ainsi qu’en 1972 le nom de IMC (ou « BMI, pour Body Mass Index », en anglais) est apparu dans le Journal des maladies chroniques.

L’IMC de plus en plus populaire

Depuis 1972, l’intérêt pour l’IMC n’a cessé de croître. Pas étonnant quand on sait que, depuis 1980, les chiffres de l’obésité ont doublé (source : OMS, Mars 2013). Avec l’avènement d’Internet, nombreux sont ceux qui calculent eux-mêmes leur IMC, avec différents outils en ligne qui permettent d’obtenir une interprétation immédiate (vous pouvez vous aussi faire le test).

obèsitéLes problématiques, le constat

Cet intérêt grandissant, de nombreuses questions ont été soulevées : l’IMC est-il réellement fiable ? Quels sont ses défauts ? Etc. L’IMC est un indice qui comprend de nombreux détracteurs. Mais pourtant, il s’applique à une majorité d’individus.

L’IMC a bien entendu des défauts qui sont d’ailleurs nombreux. Et ces défauts s’expliquent d’une manière simple : l’IMC permet une auto-mesure simplifiée, internationale, et à destination du grand public. Sa principale qualité, l’universalité, est aussi son principal défaut puisqu’évidemment, il ne permet pas d’individualiser les résultats. D’autres méthodes, comme celle des plis cutanés, par exemple, permettent d’apprécier l’adiposité de manière bien plus fiable. L’IMC ne prend pas en compte « l’histoire du poids », du fait qu’il soit international, il ne prend pas non plus en compte les « différences ethniques » : ce qu’avait d’ailleurs soulevé l’IOFT (International Obesity Task Force), et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui avait écrit que de nouvelles stratégies étaient envisageables. Pour les « sportifs », l’IMC est d’autant plus sujet à caution que la masse musculaire est grande.

Les critiques sont nombreuses et, sans cesse, de nouveaux constats sont faits et sans cesse de nouveaux indicateurs sont conseillés. Comme par exemple le « nouvel IMC », de Nick Trefethen, en 2013 (et, encore plus récentes, les solutions proposées à l’occasion d’un colloque qui s’est tenu Vendredi 31 Janvier 2014 avec une partie consacrée au thème « Au-delà de l’IMC »).

Les 3 principaux atouts de l’IMC

Pour autant, ne négligeons pas les bénéfices et les avantages de cet indice. Car si l’IMC a fait parler de lui, et s’il est utilisé par le corps médical (par exemple avant certaines opérations chirurgicales, etc.) c’est bien parce qu’il présente de réelles qualités :

La simplicité

Contrairement à de nombreuses formules plus récentes que l’indice de Quetelet (comme par exemple la formule de Creff, dont vous pourrez étudier le calcul et la formule ici), l’IMC est d’une simplicité inégalée (si l’on oublie la formule de Broca).

La mesure statistique à l’échelle nationale & internationale

L’IMC permet à l’Organisation Mondiale de la Santé de publier des statistiques au niveau mondial. Et malgré le fait que l’IMC ne convienne pas à certaines personnes, à l’échelle mondiale ces défauts ne sont plus représentatifs.

L’objectivité

L’indice ne nécessite aucun regard subjectif sur la corpulence de l’individu. L’IMC peut être calculé de manière entièrement anonyme.

En résumé

Il est injuste de dire que l’IMC est inutile, ou bien qu’il n’a aucune valeur clinique.

L’IMC est un calcul qui, en prenant seulement comme paramètres le poids et la taille, est d’une objectivité à toute épreuve. Il est d’une grande aide pour le corps médical, mais aussi d’une grande aide pour certains patients qui ne peuvent plus se fier au regard de leur entourage : l’IMC permet ainsi de faire le point sans aucune donnée subjective. C’est ainsi que de nombreux médecins prennent bonne note du résultat de l’IMC, notamment les diabétologues. Ce calcul rend inutiles certains commentaires des proches vous trouvant ou « trop gros » ou « trop maigre », mots ayant souvent peu de sens.

En plus d’être objectif, l’IMC est simple et facile d’emploi : Quoi de mieux qu’un tel indice pour sensibiliser un maximum d’individus et les aider à suivre leur état de santé ?

 
Article collaboratif rédigé avec Mickaël Delaunay (propriétaire de CalculerSonIMC.fr)

 
 
Calculez votre Indice de Masse Corporelle :

Tags: , , ,

2 Responses to L’IMC (Indice de Masse Corporelle) : Pourquoi faire ?

  1. Moyuj on 2 avril 2014 at 12 h 14 min

    Sur ce site on peut voir plusieurs explications sur l’origine de l’IMC mais est-ce que c’est vraiment fiable ?

  2. Mickaël on 2 avril 2014 at 18 h 11 min

    Bonjour,

    Je suis la personne qui a aidé à la rédaction de l’article.
    Alors en fait pour votre question, il faudrait savoir fiable pour quelle utilité exactement ? :-)

    Car en réalité, l’IMC n’est qu’une formule mathématiques. Donc la mesure est 100% fiable. Pour un poids et une taille donnée, l’interprétation est toujours la même. En tant « qu’indicateur statistique » (l’un de ses rôles), l’IMC est donc fiable.

    Par contre vous posez surement la question parce que vous voulez savoir si l’IMC est fiable pour diagnostiquer l’obésité par exemple ? Auquel cas la réponse est non, il n’est pas réellement fiable pour cela car ce n’est pas son rôle premier et de nombreux paramètres ne sont pas pris en compte.

    Par contre pour diagnostiquer, à l’échelle mondiale, l’épidémie de l’obésité, alors là l’IMC est plus fiable, car il permet de donner des tendances qui sont justes.

    Donc tout dépend : fiable, oui et non en fonction de ce que l’on recherche. C’est là toute la question et il est vrai que beaucoup de personnes recherchent un diagnostic à travers l’IMC qu’ils ne pourront pourtant trouver qu’à travers la consultation avec un médecin.

    Passez une excellente soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maigrir, perdre du poids, rajeunir

On cherche souvent très loin dans moult méthode-miracle ce qui se trouve à l'intérieur de soi !

Téléchargez gratuitement le e-book "Comment j'ai perdu 10 kg, sans effort et sans frustration"

Produits naturels :

Restez svelte 160px

Citations :

"La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi."

Albert Einstein

"C'est notre inquiétude, c'est notre impatience qui gâtent tout ; et presque tous les hommes meurent de leurs remèdes et non pas de leurs maladies"

Molière

"L'homme ne meurt pas...
Il se tue !"

Lavoisier

Le saviez-vous ?

Des Cours de Bonheur sont dispensés à Harvard

La maladie… Une fatalité ?

Quand on écoute les grands médias français, on a l’impression que la maladie est une fatalité ; quelque chose comme le ciel qui nous tombe sur la tête comme aurait pu dire Obélix.

Il y a pourtant longtemps que l’on sait l’influence de l’esprit sur le corps et la maladie…Lire la suite

Eliminez, éliminez…

Connaissez-vous la méthode de Louis Kuhne pour ne pas tomber malade ?
Ca, c’est mon interprétation… parce que, à l’origine, le livre de M. Kuhne présente une méthode de guérison.
Méthode de guérison révolutionnaire et toujours d’actualité, même si elle date de la fin du XIXème siècle !
C’est mon interprétation, parce que la méthode de M. Kuhne repose sur une analyse fine de la façon dont le corps tombe malade ; et quand on a compris le mécanisme de la maladie, il est plus facile d’éviter celle-ci... Lire la suite

Articles les plus consultés

  • No results available

Recommandations :

Facebook