Huiles essentielles : Le vinaigre des quatre voleurs

6 avril 2013
By

C’est l’histoire de quatre voleurs qui évoluaient avec aisance dans l’épidémie de peste et qui conçurent un vinaigre aromatique dont ils s’enduisaient le corps pour détrousser “ en toute immunité ” leurs infortunés contemporains moribonds.

La formule de ce vinaigre aromatique aurait été révélée au XVIIème siècle par quatre détrousseurs de cadavres arrêtés en flagrant délit lors des grandes pestes de Toulouse, de 1628 à 1631. Leur mépris de la contagion avait fortement étonné les juges… On peut lire dans les archives du Parlement de Toulouse que : « Quatre voleurs furent convaincus, lors de l’épidémie, qu’ils allaient chez les pestiférés, les étranglaient dans leur lit et leur prenaient tous leurs biens précieux. Ils furent condamnés à être pendus mais en évitant la torture du fait qu’ils avaient révélé leur formule »

Ce vinaigre contenait en majorité un fort vinaigre de vin blanc dans lequel ils avaient fait macérer plus d’une dizaine de plantes pendant dix jours. On recensait l’absinthe, le romarin, la sauge, la menthe poivrée, la lavande aspic, la cannelle de Ceylan, 50 clous de girofle, l’ail et le camphre ; toutes ces plantes ont un fort pouvoir antibactérien.

Par ailleurs, le vinaigre présente un pH très acide et on sait selon le bio-électromètre de Vincent, qu’un milieu acide n’est pas favorable au développement des infections.

Cette composition est restée inscrite au Codex pharmaceutique jusqu’au début du XXème siècle.

Ce vinaigre trouve encore son utilité dans la prévention des maladies contagieuses. On s’en frotte les parties découvertes du corps, les mains et le visage.

Lors de l’épidémie de choléra qui s’est abattue sur le Guatemala en 1996, les Médecins aux pieds nus (cf. ci-dessous) ont recommandé l’usage de ce vinaigre miraculeux aux Indiens Mayas vivant dans les montagnes de l’Altiplano. La contagion a été neutralisée. Désormais, les Mayas savent qu’ils doivent leur salut à quatre détrousseurs de cadavres qui sévissaient il y a trois siècles et demi !

L’avènement de la civilisation industrielle avait entraîné la mise en sommeil de l’utilisation thérapeutique des huiles essentielles qui ont pourtant rendus d’immenses services depuis la nuit des temps. Il est écrit dans l’Ecclésiaste que « le Très-Haut a fait produire à la terre des médicaments, et l’homme sage ne les dédaignera pas ».

Déjà, 4000 ans avant Jésus-Christ, les sumériens utilisaient les plantes aromatiques et médicinales tandis que les Arabes, géographiquement situés à la jonction entre l’Orient et l’Occident, monopolisaient le commerce des épices et participaient activement aux techniques de distillation des huiles essentielles. En Chine, 2800 ans avant Jésus-Christ, Chen Nong, « l’empereur jaune » rédigeait le Pen Ts’ao, le plus ancien traité de phytothérapie. En Grèce, à Rome, dans les Amériques et en Égypte, chez les hébreux, en Inde et aussi en Europe, la phytothérapie et l’aromathérapie ont depuis très longtemps fait la preuve de leur efficacité. C’est ce que rappelle le Dr Jean-Pierre Willem dans son livre : le guide des huiles essentielles pour vaincre vos problèmes de santé.

Ce livre contient quantité d’indications thérapeutiques, voire des recettes applicables par tous. Il faut en connaître les formules, les indications, les mises en garde. Les médecines naturelles ne sont pas toutes “ douces ”, sinon elles ne seraient pas efficaces (et parfois d’une efficacité spectaculaire).

Outre leurs activités antiseptique, anti-infectieuse, et même antivirale, incomparables et constamment vérifiées, elles possèdent également de nombreuses autres vertus moins connues mais tout aussi réelles.

Mais n’oubliez pas que l’aromathérapie est avant tout une spécialité médicale à part entière et que, dans les pathologies graves, seul un médecin aromathérapeute confirmé peut établir un diagnostic et proposer un traitement en fonction de chaque patient. Toutefois, il existe un certain nombre de petits problèmes médicaux auxquels on peut remédier soi-même avec une connaissance suffisante des huiles essentielles qui sont développées dans ce livre.

C’est seulement lorsqu’on connaît tous ces aspects, qu’on peut recourir à l’automédication. Mais alors, quel bonheur !

Le Dr Jean-Pierre Willem, chirurgien et anthropologue, a parcouru la planète pendant 40 ans. Alliant les sciences humaines à la biologie, il a pris conscience, sur le terrain, de la grande disparité de certains peuples face à la maladie et à la santé. Ethnologue, homme de terrain, il a su se mettre à l’écoute des populations locales, de leur médecine et de leurs traditions grâce auxquelles il a pu enrichir ses connaissances. Il a été formé aux « médecines d’ailleurs « (appelées ethnomédecine), entre autres, par le Dr Albert Schweitzer, dont il fut l’assistant en 1964. Il préside plusieurs instituts à Paris et dirige l’Association Biologique Internationale. En 1987, il créait l’association humanitaire les “ Médecins aux Pieds Nus ” (Les MAPN). Les volontaires de cette association, qui ont reçu une formation de phyto-aromathérapie, sont aptes à appliquer les huiles essentielles. C’est ainsi qu’en 1990, lors de la guerre de résistance des Touareg au Mali, deux volontaires ont fait parvenir trois alambics pour distiller des plantes médicinales. Ils purent vérifier l’efficacité de l’huile essentielle de Romarin : la fille du chef Targui du canton de Menaka souffrait depuis plus de vingt ans d’une ostéite de la jambe, surinfectée par une mycose. Tous les antibiotiques étaient devenus résistants. les MAPN appliquèrent cette huile essentielle de la famille des Labiées. En un mois l’infection était jugulée et la plaie refermée. Aujourd’hui, les Touareg du Mali savent que l’huile essentielle de Romarin à cinéole est antibactérienne et fongicide.

En 15 ans d’activités sur les différents continents, les MAPN ont fait la preuve de l’efficacité des huiles essentielles dans un vaste champ d’actions.

Découvrez l’histoire des huiles essentielles et apprenez à les utiliser grâce au guide des huiles essentielles pour vaincre vos problèmes de santé, du Dr J-P Willem



Choisissez vos huiles essentielles


Comment tester vos huiles essentielles ?
Toutes les huiles essentielles qu’on trouve sur le marché ne sont pas de qualités égales. Pour tester vos huiles essentielles, versez-en une goutte à l’intérieur de votre poignet et laissez-la pénétrer complètement. Si le lendemain, vous n’avez observé aucune réaction cutanée, vous pouvez alors l’utiliser.

Tags: , , , ,

One Response to Huiles essentielles : Le vinaigre des quatre voleurs

  1. Bernard on 12 avril 2013 at 11 h 37 min

    Bonjour,

    Il semble que l’hypothèse ‘Toulouse’ ne soit pas vérifiée – elle est en tout cas fortement mise en doute par les historiens – mais que l’origine de cette histoire soit plutôt à chercher à Marseille ou dans sa région.

    Il n’est pas fait mention de couleur pour le vinaigre employé, on peut donc raisonnablement penser qu’il était plutôt rouge et issu de vin…

    Il faut noter également la présence d’Acorus calamus et de Ruta graveolens, deux végétaux connus pour éloigner les insectes et donc les puces, principaux vecteurs de la peste, mais dont le rôle ne sera découvert qu’à la fin XIXèmme par Yersin.

    D’autre part, menthe, lavande et cannelle ne sont pas indiquées par espèce, mais juste par genre ; nous ignorons donc les variétés utilisées.

    Cordialement,
    Bernard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maigrir, perdre du poids, rajeunir

On cherche souvent très loin dans moult méthode-miracle ce qui se trouve à l'intérieur de soi !

Téléchargez gratuitement le e-book "Comment j'ai perdu 10 kg, sans effort et sans frustration"

Produits naturels :

Restez svelte 160px

Citations :

"La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi."

Albert Einstein

"C'est notre inquiétude, c'est notre impatience qui gâtent tout ; et presque tous les hommes meurent de leurs remèdes et non pas de leurs maladies"

Molière

"L'homme ne meurt pas...
Il se tue !"

Lavoisier

Le saviez-vous ?

Des Cours de Bonheur sont dispensés à Harvard

La maladie… Une fatalité ?

Quand on écoute les grands médias français, on a l’impression que la maladie est une fatalité ; quelque chose comme le ciel qui nous tombe sur la tête comme aurait pu dire Obélix.

Il y a pourtant longtemps que l’on sait l’influence de l’esprit sur le corps et la maladie…Lire la suite

Eliminez, éliminez…

Connaissez-vous la méthode de Louis Kuhne pour ne pas tomber malade ?
Ca, c’est mon interprétation… parce que, à l’origine, le livre de M. Kuhne présente une méthode de guérison.
Méthode de guérison révolutionnaire et toujours d’actualité, même si elle date de la fin du XIXème siècle !
C’est mon interprétation, parce que la méthode de M. Kuhne repose sur une analyse fine de la façon dont le corps tombe malade ; et quand on a compris le mécanisme de la maladie, il est plus facile d’éviter celle-ci... Lire la suite

Articles les plus consultés

  • No results available

Recommandations :

Facebook